Repats africains : Rentrer pour créer sa start-up en zone OHADA 

Repats africains : Rentrer pour créer sa start-up en zone OHADA 

On peut définir une start-up comme une nouvelle entreprise innovante, à fort potentiel de croissance, cherchant à lever des fonds rapidement afin d’accroître exponentiellement son activité.

Créer une start-up en Afrique, surtout dans un pays membre de l’OHADA, se révèle être un exercice bien plus aisé qu’on ne pourrait le penser.

Le droit OHADA, qui est est très inspiré du droit des affaires français, a été pensé pour créer un environnement juridique des affaires sécurisé et attrayant pour les investisseurs. Déjà, la législation est construite pour faciliter la création et l’investissement dans une société.

Ainsi, pour créer sa start-up en zone OHADA, il faut constituer une société. La forme sociale la plus adaptée aux start-up est sans aucun doute la SAS (sociétés par actions simplifiée) qui est une société dite de capitaux, c’est-à-dire dont la structure juridique permet facilement que des investisseurs y injectent des fonds.

Ce type de société sied aux start-up également parce que les statuts (les règles de gouvernance de l’entreprise) sont flexibles : ils peuvent être malléables et adaptés, en cours de vie, aux différentes formes que peuvent revêtir des entreprises atypiques comme les start-up.

Enfin, le fait qu’elle soit une société capable d’accueillir facilement des investissements, mais ne nécessitant pas ou peu de capital social (mise de départ) pour les fondateurs, en fait encore une solution toute indiquée.

Selon le pays dans lequel la société est implantée, les fondateurs pourront se passer ou non du notaire pour rédiger les statuts.

Une fois rédigés, il faudra se rendre au guichet de création d’entreprises du pays d’installation de la start-up pour y déposer les statuts et d’autres pièces afin qu’on s’occupe du reste des démarches essentielles à accomplir pour créer la société.

La durée moyenne de création de société dans un pays membre de l’OHADA est alors de 48 heures : comptez 48 heures et 10 minutes si on y ajoute la génération de vos statuts de SAS grâce à notre technologie 🙂

Et voilà, la société créée, les fondateurs pourront démarrer leur activité afin d’attirer des investisseurs. De nombreux obstacles apparaîtront sur leur chemin, à LegalSoba nous nous employons à ce que l’obstacle juridique n’en soit pas un pour ces courageux entrepreneurs africains.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *